Le logiciel Louvois: une catastrophe, un fiasco un naufrage pour la Cour des Comptes

Dans un référé au sujet du logiciel fou Louvois (cf Logiciel de paie: le mauvais exemple Louvois), la COur des Comptes détruit définitivement le logiciel de paie de la Défense ainsi que tous les acteurs qui y ont participé.

Le référé de la Cour des Comptes à propos de Louvois est disponible sur www.ccomptes.fr/content/download/65582/1560365/version/1/file/systeme_paye_Louvois_refere_68579.pdf

Dans le document de la Cour des Comptes, le logiciel Louvois est associé à : dysfonctionnements aigus, manque de professionnalisme, centres de décision différents, concurrents en termes d’influence et dont les priorités sont parfois contraires, dilution des responsabilités, cahier des charges insuffisant, manque de suivi, de tests rigoureux et fiables, « défauts intrinsèques » du calculateur de Steria (architecture interne du calculateur, de par sa conception, peu robuste).

Et tout ça est agrémenté d’une sauce à l’argent très épicée: coût du calculateur de paie (7 millions d’euros),  trop-perçus (106 millions d’euros),  moins-perçus (35 millions + 117 millions de contentieux antérieurs), frais de gestion des dysfonctionnements qui s’élèvent entre 150 millions et 200 millions par an.

Alors que la SSII Steria avait réussi à plus ou moins se dédouaner des errements de Louvois, la Cour des Comptes la remet dans le camp des coupables et responsables avec les faiblesses de son calculateur et, entre les lignes, l’absence de conseils que devrait pourtant fournir une SSII.

Grand mystère de Louvois (outre les chemins empruntés par l’argent des paies): quel est le bénéfice de Steria dans cette affaire ?

Rappelons qu’en France, un projet informatique sur 2 n’aboutit pas et que les SSII très profitables, comme Steria, sont souvent celles qui par leur médiocrité arrivent à entrainer leurs clients dans des augmentations de dépenses faramineuses par rapport aux cotations initiales …

On parie que Louvois fera des heureux dans les comptes de Steria ? Et ceci d’autant plus par tradition, le ministère de la Défense ne porte que rarement plainte ou défend très mollement ses intérêts. Et face à Steria qui a lancé une grande campagne de presse pour se présenter en chevalier blanc (http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-steria-precise-sa-mission-sur-le-systeme-louvois-55804.html ou http://pro.01net.com/editorial/608840/francois-enaud-steria-arretons-l-amalgame-entre-steria-et-les-dysfonctionnements-de-louvois/ ), rien n’est gagné pour les militaires …


Vu sur le Net

Les commentaires sont fermés.